DSC00041

Pour  la création de mon premier potager, étant une grande paresseuse dans l'âme,  je n'ai eu de cesse de sillonner le net en quête de " the idee". Celle qui allait me permettre de concilier  mon indéfectible loyauté envers la loi du moindre effort avec une envie de plus en plus pressante de m'essayer à cultiver ne fut-ce qu'une infime partie des légumes destinés à attérir dans mon assiette.

Bien que ne possédant que peu d'espoir de trouver cette formule magique qui, en trois coups de cuillère à pot, m'offrirait la perspective d'une récolte sans pour autant en payer le prix fort ( des heures et des heures à retourner laborieusement la terre, courbant l'échine pour arracher des brouettes entières de "mauvaises" herbes, entre  autres sympathiques perspectives ... ), je suis finalement pourtant " tombée" sur une idée. Elle peut sembler à première vue un peu farfelue, mais ne pouvait que me séduire par sa rapidité et sa simplicité de mise en oeuvre. C'est le" lasagna bed ", plus communément appelé en français " potager en lasagnes ".

C'est à Patricia Lanza, une américaine, que l'on doit cette découverte. Propriétaire aux journées bien chargées d'une auberge et d'un jardin composé essentiellement de roche et d'argile, elle découvre en posant du carton dans les allées de son potager ( pour étouffer les mauvaises herbes qu'elle n'a pas le temps d'arracher ) que cette pratique, à l'image de ce qui se produit en forêt, rend sa terre plus fertile et humifère qu'elle ne l'a jamais été. Et que par conséquent les légumes qui y étaient un peu livrés à eux-mêmes ne font que croître et embellir. Ce qui aurait dû être un désastre se transformera donc en une sorte de petit miracle. Elle peaufinera cette  technique pour en arriver au procédé tel qu'il est arrivé jusqu'à nous.

Ce concept est dérivé de deux grands courants de jardinage alternatifs. Le premier est la permaculture, une approche  de production agricole durable, consistant à créer un écosystème économe en énergie, qui permette de produire de la nourriture et des ressources dans le respect des êtres vivants et de l'environnement. Le second est le courant bio-intentsif, visant à produire un maximum de rendement sur un minimum de surface, et ce sans utiliser d'engrais de synthèse. Quoi qu'il en soit,  cette méthode se caractérise par le non labour, celui-ci étant tout simplement délégué aux vers de terre et micro organismes présents naturellement dans le sol. Rien que d'y penser,  je me sens déjà beaucoup moins fatiguée... Et vous ?

 

 Procédé :

1) Le carton

 

DSC05432

On commence par disposer sur la zone dédiée à la future lasagne une première couche à base de cartons bruns ( sans inscriptions ni autocollants ), en prenant garde de bien les faire se chevaucher. Puis, on les humidifie en les arrosant généreusement ou en les arrimant au sol avec quelques pierres et en attendant une bonne grosse pluie comme celles dont notre Belgique a le secret. Cette première couche, outre le fait de constituer une barrière contre les mauvaises herbes, sera très appréciée des vers de terre qui, avec l'aide des champignons et micro organismes, vont se charger de transformer au fil du temps les différents constituants la lasagne en  humus.

DSC05436

 

 

2) Les déchets verts

 

DSC05441

On enchaîne avec une couche de déchets verts divers et variés, tels que épluchures de légumes, mauvaises herbes qui ne sont pas encore montées en graines, déchets de tontes de gazon ( pour ces dernières, pas plus de 5 cm, parce que leur décomposition entraîne une plus grande montée en température, ce qui peut être délétère pour les plantations dans la future lasagne ), .... Bref, tous les déchets verts qui trouvent habituellement leur place au compost.

 

 

3) Les déchets bruns

 
DSC05451

La troisième couche est constituée par l'autre grande catégorie qui se retrouve habituellement au compost, à savoir les déchets bruns ou secs, tels que paille, foin,  feuilles mortes, tailles de haies broyées, ... Tout comme le carton, les déchets bruns doivent eux aussi être copieusement arrosés.

DSC05455

 

4) Le compost mûr

 

DSC05457

On termine cette lasagne potagère par une couche compost mûr ( ou un mélange moitié terreau, moitié compost ). Si vous n'en avez pas à votre disposition, vous pouvez utiliser un mélange d'un tiers de terre de jardin ( terre arable ) et deux tiers de terreau. 

  

Pour ce qui est des quantités et de la succession des couches de déchets bruns et verts, Jean Paul Collaert, spécialiste de cette méthode, préconise de faire des couches successives qui peuvent aller respectivement  jusqu'à 10 à 15 cm d'épaisseur ( carton, vert, brun , vert, brun, compost mûr ), mais en ce qui me concerne, je me suis montrée moins gourmande, n'ayant pas assez de matériaux à ma disposition. J'ai donc fait une seule couche de matériaux verts, et une de bruns. La hauteur totale du montage doit faire au minimum 20 cm ( je pense que chez moi c'était un peu moins, mais ça fonctionné tout de même ). Il faut cependant garder à l'esprit que le tout va se tasser avec le temps. Pour des carrés de 1M20 sur 1M20, compter presque l'équivalent d'une brouette pour chacune des couches. En ce qui me concerne, j'ai en effet combiné cette technique avec celle du potager en carrés, ce qui permet de contenir les contours de la lasagne, sinon le résultat risque d'être un peu inesthétique, et les bords pourraient par ailleurs s'effondrer.

 

Délais pour commencer les plantations

En théorie, on  préconise d'attendre une à deux semaine avant de planter. Il faut en effet s'assurer que la température au centre de la lasagne ne soit pas trop élevée, ce qui pourrait compromettre la reprise des futurs plants. Ceci dit, Il m'est arrivé de planter dans la foulée et je n'ai pas eu de pertes à déplorer.

 

Délais pour commencer les semis

Pour la même raison évoquée plus haut, à priori, on ne sème pas dans une lasagne la première année, on se contente de repiquer. Cependant, j'ai transgressé cette règle ( semis environ 1 mois et demi après avoir constitué la lasagne ), avec de très bon résultats pour  les haricots, les bettes, la coriandre, la roquette,... Par contre, pour les semis de légumes racine, il vaut mieux attendre , sinon les racines obtenues seront toute petites. Il est alors préférable d' installer la lasagne en automne pour pouvoir semer au printemps suivant.

 

 

DSC05485

 

DSC00050

 

Sources :

Jean Paul Collaert, L'ART du jardin en LASAGNES, EDISUD

http://www.techno-science.net ( définition de la permaculture )

 

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.